LA BELLE ET LA BÊTE
Belle


(Belle) 
Ville sage, sur un petit nuage, 
Où les jours se tiennent immobiles. 
Où les gens, dès le matin, bavardent 
De tout et de rien. 

(Les Villageois)
- Bonjour ! 
- Bonjour ! 
- Bonjour ! 
- Bonjour ! 
- Bonjour ! 

(Belle)
Le boulanger porte son plateau bien garni 
Du bon vieux pain de son fournil. 
Depuis qu'on est arrivés, 
Les gens me sont étrangers, 
Dans les rues qui pleurent d'ennui. 

(Le Boulanger) - Oh, bonjour Belle. 
(Belle) - Bonjour Monsieur. 
(Le Boulanger) - Où est-ce que tu vas ? 
(Belle) - Chez mon ami le libraire. Je viens de terminer une merveilleuse histoire, à propos d'un ogre, du Roi, des haricots ... 
(Le Boulanger) - Très intéressant ... Marie, les baguettes ! Et que çà saute ! 

(Les Villageois) 
La tête ailleurs et ce p'tit air audacieux 
D'un chat sauvage sous une ombrelle. 
Elle ne parle pas notre langage. 
Elle est toujours dans les nuages. 
C'est bien vrai qu'elle est étrange, Mademoiselle Belle ! 

Bonjour ! 
Bonjour ! 
Salue la famille ! 
Bonjour ! 
Bonjour ! 
Embrasse ta femme! 
Il m' faut six oeufs ! 
Tu veux nous ruiner ! 

(Belle) 
Je veux vivre autre chose que cette vie ! 

(Le Libraire) - Ah, Belle ! 
(Belle) - Bonjour ! Je rapporte le livre que je vous ai emprunté. 
(Le Libraire) - Comment çà ? Déjà ! 
(Belle) - Oui ! Je l'ai dévoré en une nuit. Vous avez quelque chose d'autre ? 
(Le Libraire) - Eh eh eh ... Depuis hier ? Non, hélas ! 
(Belle) - Ça ne fait rien, je prendrai ... 
(Le Libraire) - Eh eh eh ... 
(Belle) - ... celui-là ! 
(Le Libraire) - Celui-là ? Mais tu l'as déjà lu deux fois ! 
(Belle) - C'est mon préféré ! J'aime les romans de capes et d'épées ... 
(Le Libraire) - Eh eh eh ... 
(Belle) - ... pleins de magie et de Princes ensorcelés 
(Le Libraire) - Et bien, si tu l'aimes tellement, je t'en fait cadeau ! 
(Belle) - Mais monsieur ... 
(Le Libraire) - J'insiste ! 
(Belle) - Oh! Merci, merci infiniment ! 

(Les Villageois) 
La tête ailleurs avec des rêves plein les yeux, 
On ne sait pas quoi penser d'elle. 
Elle est toujours l'air absent 
Ou plongée dans ses romans. 
Quel mystère pour nous que cette Mademoiselle Belle ! 

(Belle) 
C'est le plus beau des romans 
Et tout ce passage m'enchante, tu vois ! 
Elle rencontre le prince charmant 
Mais elle ne l'apprend pas avant le chapitre trois ! 

(Les Villageois) 
Il faut bien dire qu' son nom 
Lui va comme un gant 
Car sa beauté est sans pareil. 
Mais sous son visage d'ange, 
Elle est quand même très étrange. 
C'est vrai qu'elle ne ressemble à personne. 
Non, elle ne ressemble à personne. 
Cette fille ne ressemble à personne, 
C'est Belle ! 

(Le Fou) - Ouah ! Tu ne rates jamais ta cible, Gaston ! T' es le plus grand chasseur du monde ! 
(Gaston) - Le meilleur ! 
(Le Fou) - Aucune bête n'a la moindre chance de gagner contre toi ! Ah ah ! Aucune fille non plus d'ailleurs ! 
(Gaston) - Aucune, Le Fou, et j'ai jeté mon dévolu sur cette délicieuse enfant. 
(Le Fou) - La fille de l'inventeur ? 
(Gaston) - Exactement ! C'est l'heureuse élue que je vais épouser. 
(Le Fou) - Euh, mais ... 
(Gaston) - La plus belle fille de la ville, 
(Le Fou) - Sans doute mais ... 
(Gaston) - La seule qui soit assez belle et qui a la chance d'être choisie par moi ! 
(Le Fou) - Oui, bien sûr ! Mais comment est-ce tu ... ? 

(Gaston) 
A l'instant même où je l'ai vue, ingénue, 
Je suis tombé amoureux d'elle. 
Elle est la seule, ici-bas, 
Que je trouve digne de moi. 
Et je compte bien épouser cette demoiselle ! 

(3 Filles blondes) 
Il est divin, il est à frémir, 
Monsieur Gaston, quel beau garçon. 
Mon coeur s'emballe, je vais défaillir. 
Y a qu'lui pour vous donner le grand frisson. 

(Les Villageois) - Bonjour 
(Gaston) - Pardon ! 
(Les Villageois) - Ça va ? Mais oui ! 
(Gaston) - Gardez votre poisson ! 
(Les Villageois) - Je veux des saucisses ... 
- Une part ... 
- Dix mètres ... 
- ... de Brie ... 
(Gaston) - Pardon ! 
(Les Villageois) - ... et bien servie. 
(Gaston) - Vous permettez ! 
(Les Villageois)- Le pain ... 
- Les soles ... 
- ... est sec ! 
- ... sont vertes ! 
- Mettez vos lunettes ! 

(Belle) 
Je veux vivre autre chose que cette vie ! 

(Gaston)
Je ferai, pour Belle, un excellent mari ! 

(Les Villageois) 
La tête ailleurs perdue dans son univers, 
C'est une étrange demoiselle. 
Elle est fantasque et bizarre. 
Un fossé nous sépare. 
C'est vrai qu'elle ne ressemble à personne. 
Non, elle ne ressemble à personne. 
Cette fille ne ressemble à personne, 
C'est Belle ! 

(Les Villageois) 
Bonjour! 
Bonjour! 
Bonjour! 
Bonjour! 
Bonjour!