LA BELLE ET LA BÊTE
Je ne savais pas


(Belle) Y'a quelque chose, dans son regard, 
D'un peu fragile et de léger, comme un espoir. 
Toi, mon ami, aux yeux de soie, 
Tu as souri, mais hier encore je ne savais pas. 

(La Bête) Elle me regarde, je le sens bien, 
Comme un oiseau, sur moi elle a posé sa main ! 
Je n'ose y croire, pourtant j'y crois, 
Jamais encore elle n'avait eu ce regard-là. 

(Belle) C'est le plus fou des romans, 
Et toute cette histoire m'enchante, c'est vrai ! 
Il n'a rien d'un Prince Charmant, 
Mais aux pages du temps, mon coeur s'éveille en secret. 

(Lumière) Qui l'aurait cru ? 
(Madame Samovar) C'est incongru ! 
(Big Ben) Qui l'aurait su ? 
(Madame Samovar) Ah oui, mais qui ? 
(Lumière) Qui pouvait croire que ces deux-là se seraient plus ? 
(Madame Samovar) C'est insensé ... 
(Lumière, Madame Samovar et Big Ben)  Attendons voir, ce qu' çà donnera, y'a quelque chose qui hier encore n'existait pas ! 
(Big Ben) Y'a quelque chose qui hier encore n'existait pas ! 
(Madame Samovar) Y'a quelque chose qui hier encore n'existait pas !